Le GHB (acide Gamma Hydroxy Butyrique ou gamma OH) synthétisé depuis 1961, était utilisé comme produit anesthésiant et dans le traitement anti-douleur.

ghbDepuis une quinzaine d’années, le GHB, détourné de son usage initial est consommé pour ses propriétés euphorisantes et désinhibitrices ou à des fins criminelles (vols, agressions sexuelles, extorsions de fonds…)
Il est connu pour être “la drogue du violeur”. Les victimes ayant bu du GHB, même à leur insu, perdent la capacité à refuser les rapports sexuels non désirés.

Ce produit se présente sous forme de granulés ou en poudre à dissoudre dans l’eau. La solution obtenue est inodore, incolore et se caractérise par un goût salé.

Le GHB est une drogue et comme toutes les drogues, elle agit au niveau du cerveau, en augmentant le taux de dopamine.

La marge de sécurité entre les doses produisant l’effet recherché et celles provoquant un coma toxique étant faible, le danger d’un surdosage par inadvertance est important avec arrêt respiratoire entrainant la mort.

Les effets varient d’un consommateur à l’autre. L’état physique et psychique de celui-ci, la composition du produit, la quantité, la prise de médicaments et/ou de drogue, le mode de consommation et le contexte influent sur les effets ressentis.

Ces effets sont aggravés par le mélange avec l’alcool, les médicaments et d’autres drogues (ecstasy et amphétamines notamment). Ils apparaissent 15 à 20 minutes après ingestion et ressemblent à ceux d’une ivresse alcoolique (euphorie, desinhibition, facilité de communication).

La personne qui en a consommé peut être soumise à des manipulations malveillantes (incitations à des dépenses inconsidérées, vols, rapports sexuels non protégés) auxquelles elle est incapable de s’opposer.

Les risques sont importants et l’utilisateur volontaire ou non n’en gardera aucun souvenir. En fonction de la quantité ingérée, apparaîtront :
- Des nausées et des vomissements
- Des vertiges, des troubles de la motricité, une confusion verbale, une somnolence et une desinhibition sexuelle sans plaisir ni orgasme
- Un sommeil profond pouvant persister pendant 4 heures, voire un coma

D’autres effets fréquemment rapportés sont des céphalées (maux de tête), une agitation, une confusion, des tremblements incontrôlables voire des convulsions, des crises d’épilepsie.

Le principal effet toxique du GHB est une dépression respiratoire.

L’utilisation répétée de GHB peut donner lieu à une dépendance surtout psychique mais également physique.
Lors d’une administration malveillante (dans une boisson ou dans la nourriture), la victime peut ressentir une excitation sexuelle involontaire (notamment chez les femmes) mais sans plaisir ni orgasme suivie d’un sommeil et d’une amnésie de tous les faits.
Le GHB étant éliminé rapidement par l’organisme, son dépistage est difficile. En cas de doute ne pas hésiter à :
- Porter plainte le plus tôt possible auprès de la Gendarmerie Nationale ou de Direction de la Sécurité Publique (DSP) et se faire aider par un professionnel
- Garder tout contenant pouvant avoir accueilli le produit (verres, assiettes)