« C’est ma famille qui m’a poussé à venir en consultation au CCSAT. Elle ne supportait plus mes sautes d’humeur quotidiennes. Je fume du paka plusieurs fois par jour depuis mon adolescence. Je n’étais pas « chaud » pour y aller. Pourtant avec le médecin, j’ai pu parler de moi, de la colère que je ressentais. Ca m’a fait beaucoup de bien de parler à quelqu’un qui n’était pas de la famille. Avec le traitement, j’ai diminué ma consommation et je me sens mieux, plus calme. J’ai même fait le projet d’arrêter complètement le paka pour mon anniversaire en 2015. »

TEVA 29 ans, consommateur de Paka depuis l’adolescence